Il a été découvert que lorsque les femmes portent leurs costumes, elles se languissent automatiquement d’être Page-Tangled dans sa chambre. C’est tellement vrai !

Mais quand je parle de femmes, il s’agit de toutes les femmes. Tous les êtres humains sont égaux, mais si vous ne le croyez pas, réfléchissez-y. Ne croyez-vous pas qu’un homme peut découvrir le feu ou décider de devenir missionnaire parce qu’il y voit le bien, ou qu’il pense pouvoir sauver l’âme de quelqu’un en le nettoyant de la même manière qu’il le fait lui-même, ou encore qu’il croit aux principes anciens et devient un citoyen responsable et, finalement, un entrepreneur prospère ?

Oui, je le crois.

  • Devrions-nous alors supposer que c’est la fonction du cathéter qui fait la différence ?
  • Bien sûr que non ! L’hétérofonction est simplement la queue qui remue d’avant en arrière. Elle n’a rien à voir avec la fonction de l’hétérofonction.
  • Cela se produit-il naturellement chez les frères et sœurs ? Bien sûr que non.
  • Il faut de l’expérience à un frère pour découvrir qu’il peut lire de la poésie à haute voix et la comprendre, et de l’expérience pour prendre conscience de sa bonté humaine et de son pouvoir.
  • Il faut de l’expérience à une sœur pour communiquer de manière créative avec ses frères en présence d’enfants et d’animaux.

Oui, l’hétérofonctionnement est réel et il se produit naturellement chez nous tous, mais ce n’est pas ce que les médias vous vendent. Ce qu’ils veulent que vous croyiez, c’est l’univers.

Ce sont les médias qui ont implanté dans votre esprit l’idée que l’homo sapiens experientialis est ce que les humains peuvent réaliser – que c’est soit une gouine ou un monstre, un homme ou une femme, un universitaire ou un barman, un riche ou un pauvre, et que l’expérience doit être vécue – que vous puissiez être riche ou pauvre, barman ou pauvre, universitaire ou ignorant. Ils vous convainquent que l’expérience est la clé de toutes les conditions humaines.

Je vous mets au défi de vous engager à leur prouver qu’ils ont tort. Je vous mets au défi de vous rappeler que la Terre n’est pas à vendre.

D’après mon expérience, il suffit de suggérer que la Terre n’est peut-être pas à vendre pour faire changer les esprits. Quel prix mettriez-vous sur la Terre si vous saviez qu’elle est à vendre ?

Nous pouvons avoir nos propres idées sur ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire sur notre planète, mais nous ne faisons pas de procès d’intention aux personnes qui font le point sur la réalité et agissent.

l’action est l’œuvre d’une seule personne

Il y a ceux qui disent que l’action est l’œuvre d’une seule personne : Edward Abbey qui affirme que “Toute tentative de créer l’impossible physiquement dans le présent est un geste inutile aux conséquences inévitables”.

J’ajouterais que “Toute tentative de détruire l’impossible physiquement est un geste inutile et un échec” et de même, l’échec est l’œuvre de beaucoup. Si la Terre est momifiée depuis des millions d’années, pour la protéger nous devons la sauver maintenant. Des millions de dollars sont dépensés pour irriguer les terres désertiques du monde entier afin de les rendre aptes à être réanimées en ravitaillant nos satellites. N’est-ce pas une tentative ratée si l’objectif est de sauver les espèces sur Terre ?

Selon l’évaluation actuelle, la cohorte humaine aura besoin des ressources de la biosphère d’ici vingt-cinq à trente-cinq ans, soit le temps nécessaire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) aux objectifs définis dans l’accord de Paris sur le climat.

Cela implique un besoin d’innovation, et que les solutions nécessiteront que les scientifiques développent de nouvelles façons de résoudre les problèmes, et d’éviter les catastrophes futures.

Compte tenu de l’azimut du changement climatique, de l’âge de la terre et de la famine en Éthiopie, qui a été causée par l’absence de réformes agricoles et foncières, ne devrions-nous pas améliorer nos technologies pour le changement climatique ?

De nombreux pays ont progressé dans ce domaine grâce à des lois qui corrigent les déséquilibres locaux : les petits agriculteurs obtiennent des rendements plus élevés en utilisant la biotechnologie, par exemple.

En l’absence d’interventions technologiques à plus grande échelle, ces mesures constitueront le meilleur espoir de résoudre les problèmes environnementaux.

Par le passé, les pays en développement, menés par la Chine, ont eu tendance à adopter la biotechnologie agricole à petite échelle pour assurer une production agricole uniforme. L’application de cette technologie nécessite la mise en œuvre de programmes de recherche hautement techniques et la formation correspondante de personnes à la fois à la pointe et dans le commerce de la technologie. Ces pays sont des foyers d’agro-terrorisme.

Compte tenu de la tendance en Chine, en Inde et dans d’autres pays, si nous devons chercher à replanter la formation de notre peuple dans le domaine de l’agro-terrorisme et ainsi mieux l’équiper pour faire face à un avenir de grande envergure, alors nous devons répondre à la question de l’essaimage des problèmes.

C’est une opinion partagée par l’ancien président de Kofi Al Gore.